Separate and unequal: Holding Canada’s Immigration Detention System up to the Standards of our Criminal Justice System

Detention

This photo has been taken from the June 2014 report from the End Immigration Detention Network available here.

This article has been roughly translated into English from its original version in French prepared for Blog Justice CFT, a French language blog run by the Legal Services of the Centre Francophone de Toronto, a community legal clinic serving francophones in the GTA where I am currently employed.

Introduction

Canada detains migrants in circumstances that would be completely unacceptable to our criminal justice system. Detention is detention. Whether you are detained for reasons related to a potential removal from Canada or because you have committed or been accused of committing a crime, your loss of liberty is the same.

There is no lack of media coverage about the treatment of detainees, the promises to improve conditions within detention centres and the recent spate of deaths in immigration holding centres.

Rather than repeat what has already been discussed, I will focus on how the legal protections and rights afforded to people accused of crimes are absent from our immigration detention system despite the fact that both systems lead to the same result – detention.

Immigration detention 101

The criminal justice system incarcerates people regardless of status who are suspected or found to have committed crimes while the immigration detention system incarcerates non-citizens who may be facing removal from Canada for a variety of reasons. The people subject to immigration detention generally fall into two broad categories:

  • foreign nationals who are, in one form or another, asking for Canada’s protection and fear returning to their home country
  • Permanent residents and foreign nationals which the government wants to remove from Canada due to criminality

The Immigration and Refugee Protection Act (IRPA) lays out the grounds under which people can be subject to immigration detention. Permanent residents and foreign nationals can be detained under the IRPA for three main reasons:

  1. The individual is a danger to the public
  2. The individual’s identity has not been established
  3. The individual is a “flight risk” (which means the government thinks that the individual will not show up for proceedings or appointments that will lead to their removal)

After being detained, hearings called “detention reviews” are held to determine whether continued detention is justified within two days of being detained and then every 30 days. “Members” of the Immigration Division of the Immigration and Refugee Board determine whether to continue detention or release individuals with or without conditions at each of these hearings.

The stories and legal trajectories of individuals subject to immigration detention are often complicated, but it is important to note that many people being detained have not been accused of or found guilty of committing any crimes.

How our criminal justice system would see immigration detention

I am taking for granted that we all believe that people should be afforded similar rights and protections when facing incarceration whether they have committed crimes, been accused of committing crimes or are foreign nationals, citizens or permanent residents.  With this in mind, I am now going to list aspects of our immigration detention system that would be completely unacceptable to any judge, justice of the peace or lawyer involved in the criminal justice system.

Concerns with the Immigration Detention System

  1. Absence of lawyers

Detention review hearings regularly proceed without a single lawyer present in the room. The representatives of the government seeking continued detention do not have to be lawyers. There is no requirement that detainees are represented by or seek legal advice from counsel before or during the hearings. Even the board members rendering decisions do not need to have had a legal education.

This is important because lawyers are regulated and have obligations of confidentiality, professionalism and honesty before the courts with serious consequences if these obligations are breached. When individuals representing either side in a detention review make errors and are not lawyers, the recourses available are not as straightforward.

In the criminal justice system, most individuals are represented by legal aid certificates, private lawyers or are assisted by duty counsel lawyers who staff every single courthouse of the province for many (but not all) important steps in the criminal process. The court also has the power to appoint lawyers and is reluctant to proceed without them.

  1. Reasons to detain are insufficient to justify incarceration

A few examples of reasons why someone can be detained:

  • A foreign national that does not have identity documents, even if the individual is seeking asylum in Canada after escaping political violence or persecution
  • A foreign national that states on one occasion that they will not return to their country of origin, even if they fear persecution

We usually associate incarceration with doing something that is against the law. Neither of these examples are illegal actions, yet either of them can lead to detention.

Without any evidence of wrongdoing, a criminal court would never detain someone.

  1. A presumption of guilt

When a member makes a decision that is different than members at previous detention reviews, he or she must justify this different decision. As time goes on, the justification required to get released after multiple decisions to continue detention resembles a presumption of guilt that becomes increasingly difficult to overcome.

  1. Detainees are not discouraged from speaking

In Immigration detention, members and government officers often seek testimony and input directly from detainees before and during the hearings. The statements of detainees can then be used to continue detention even if they were obtained without any role of legal counsel.

In the criminal justice system, an accused person has the right to and is encouraged to remain silent.  In almost all procedural steps of the criminal process, lawyers are available to receive instructions and speak on behalf of their clients to the court.

  1. There is no limit to the length of detention

There is no limit to the length of detention. Even if the original reason for detention was minor, such as a failure to establish someone’s identity or a single declaration that someone will not return to their home country, if nothing about the situation changes, someone can be detained for years.

Conclusion

At a minimum, systems within the same country that detain people should seek to mirror each other in terms of rights and protections provided. One can even make the argument that a system that incarcerates people who have not done anything “illegal” should be more rigorous and reluctant to detain people than a system that incarcerates people who have done or been accused of doing something “illegal”.

While the proposed reforms to our immigration detention system are welcome, they focus almost exclusively on improving the conditions of people being detained rather than addressing the fact that people are being detained in circumstances that would be completely unacceptable within the criminal justice system. Rather than improving conditions and building new detention centres, the government should consider legal reforms that bring immigration detention in line with the legal standards of our criminal justice system.

For more information:

  1. We Have No Rights: Arbitrary imprisonment and cruel treatment of migrants with mental health issues in Canada
  2. Detention Review Process
  3. The Truth about Immigration Detention

 

 

 

Advertisements

Séparés et inégaux : Les inégalités entre le système de détention de l’immigration et le système pénal

Detention

Cette photo a été prise du rapport du juin 2014 du End Immigration Network disponible ici.

Cet article a originalement été préparé pour le Blog Justice CFT, un blog géré par les services juridique du Centre francophone de Toronto. Il est également disponible ici.

Introduction

Les immigrés sont détenus au Canada dans les circonstances qui seront complètement inacceptables à notre système de justice pénale. La détention est la détention. Que vous soyez détenus pour des raisons liées à votre renvoi du Canada ou pour avoir commis un crime, il s’agit du même résultat – une perte de liberté.

Il ne nous manque pas de couverture médiatique sur le traitement des détenusles promesses du gouvernement d’améliorer les conditions des centres de détention  et les morts récentes des personnes en détention. Je ne répéterai pas les mêmes points ici. Je mettrai l’accent plutôt sur le manque de protection et de droits juridiques des personnes détenues dans notre système de détention de l’immigration comparé à notre système pénal.

La détention des immigrés 101

Notre système pénal incarcère des personnes, peu importe leur statut d’immigration, qui sont accusées ou condamnées des infractions criminelles.  Selon la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés (LIPR), le gouvernement peut aussi détenir des résidents permanents et des étrangers qui feront face à un renvoi potentiel. Ces personnes peuvent être divisées en deux groupes principaux :

  • Des étrangers qui, d’une manière ou d’une autre, ont demandé la protection du Canada et ont peur de rentrer à leur pays d’origine
  • Des résidents permanents et étrangers qui posent un danger aux autres personnes dû à la criminalité

Selon la LIPR, il y a trois motifs principaux pour la détention :

  1. L’individu pose un danger au public
  2. L’identité de l’individu n’est pas établie
  3. L’individu pose un « risque de fuite » (ce qui veut dire que le gouvernement croit que l’individu ne se présentera pas aux entrevues ou autres procédures liées à leur renvoi potentiel)

Après une détention initiale, des « contrôles des motifs de détention » ont lieu dans les deux jours suivants et à chaque 30 jours par la suite.  Durant ces contrôles, des « commissaires » de la Section de l’immigration de la Commission de l’immigration et du Statut du réfugié décident de continuer la détention ou remettre la personne en liberté sans ou avec des conditions.

Il est important de noter que des personnes peuvent être détenues sans accusation ou condamnation criminelle et sans même avoir enfreindre la loi.

La détention sous la LIPR à travers l’angle du système pénal

Je tiens pour acquis que les personnes détenues devront avoir accès aux mêmes protections et droits qu’ils soient détenus pour des motifs migratoires ou criminels.  Je passerai donc à travers des aspects du système de détention sous la LIPR qui seront inacceptables sous l’angle du système pénal.

  1. L’absence des avocats

Les acteurs présents lors des contrôles des motifs de détention ne sont pas obligés à avoir une formation juridique. Les représentants du ministre qui recherche la détention des individus n’ont pas besoin d’être des avocats. Il n’est pas obligatoire que les personnes détenues soient représentées par des avocats ou reçoivent des avis juridiques. Même les commissaires n’ont pas l’obligation d’avoir une formation en droit.

Ces détails sont importants parce que les avocats sont réglementés et ils ont des obligations de confidentialité, professionnalisme et honnêteté devant les cours avec des conséquences sérieuses si ces obligations ne sont pas respectées. Quand des personnes qui occupent des rôles durant les contrôles ne sont pas des avocats, les recours en cas d’erreur ne sont pas évidents.

Dans le système pénal, la majorité des accusés sont représentés par des avocats de services qui desservent chaque palais de justice de la province, par des avocats payés par l’état ou par des avocats privés à chaque étape importante du processus. La cour a aussi le pouvoir de nommer des avocats et elle est généralement réticente à procéder avec un accusé sans avocat. La couronne qui recherche la détention dans le système pénal est obligatoirement un avocat.

  1. Les motifs de détention sont souvent insuffisants à justifier la détention

Quelques exemples des motifs qui peuvent mener à la détention :

  • Un étranger n’a pas des pièces d’identité, même si ce dernier a fui la persécution politique ou la violence dans son pays
  • Un étranger déclare une fois qu’il ne rentrera pas dans son pays d’origine dû à une crainte de persécution

L’incarcération est associée aux actions qui enfreignent la loi. Ces exemples démontrent comment la détention peut être le résultat des actions qui n’ont aucun rapport avec la criminalité.

Le système pénal ne détiendra jamais quelqu’un sans aucune preuve d’action illégale.

  1. Une présomption de culpabilité

Quand un commissaire rend une décision différente à celles des anciens commissaires, il doit justifier son choix. Après plusieurs décisions de continuer la détention, il incombe en réalité à la personne détenue de justifier pourquoi il doit être mise en liberté.

  1. Aucune hésitation à prendre en considération les propos de la personne détenue

Durant les contrôles de détention, les commissaires et les agents du ministre recherchent souvent un témoignage de la personne détenue. Ces propos peuvent être utilisés contre la personne pour justifier la continuation de sa détention même si la personne ne connaissait pas les conséquences de ses déclarations.

À chaque étape du système pénal, l’accusé a le droit au silence et il est encouragé à ne rien dire. Il est plutôt encouragé à consulter  un avocat qui ensuite parlera pour lui.

  1. Aucune limite à la durée de détention

Il n’y a aucune limite à la durée de la détention. Même si les motifs de détention au début étaient mineurs comme un manque de preuves d’identité ou une seule déclaration de la personne selon laquelle elle ne retournera pas dans son pays d’origine, la personne peut être détenue pendant des années si les circonstances ne changent pas.

Conclusion

Au minimum, les systèmes de détention dans le même pays devront se refléter par rapport aux protections et aux droits garantis. On peut même faire l’argument que les protections et les droits des personnes détenues sans aucun soupçon ou preuve de criminalité doivent être protégés davantage. Ce n’est pas du tout le cas au Canada.

Les reformes proposés au système de détention de la LIPR sont les bienvenus, mais ils mettent l’accent plutôt sur l’amélioration des conditions de détention. Ils ne font aucune mention des justifications et circonstances juridiques de la détention qui seront complètement inacceptables sous l’angle du système pénal.  Au lieu d’augmenter le nombre des centres de détention et d’améliorer les conditions dans ces centres, le gouvernement devrait considérer des reformes au système qui mettront en œuvre des normes qu’on a déjà établies dans notre système pénal.

Pour plus d’information:

  1. We Have No Rights: Arbitrary imprisonment and cruel treatment of migrants with mental health issues in Canada.
  2. Processus du contrôle des motifs de détention
  3. The Truth about Immigration Detention